Afrique, Randonnée, Tanzanie

Le plus haut sommet d’Afrique dans toute sa splendeur

Kilimandjaro
Partager l'article

Temps de lecture : 4 minutes

Quand on parle de montagnes en Afrique, il est impossible de ne pas mentionner le Kilimandjaro. Ce géant majestueux trône fièrement sur les terres africaines, attirant chaque année des milliers de randonneurs et d’alpinistes venus du monde entier pour tenter l’ascension de ce sommet mythique. Mais que savons-nous réellement sur le plus haut sommet d’Afrique ? Nous vous présenterons en détail tout ce que vous devez savoir sur le Kilimandjaro et bien plus encore.

Un point culminant à 5895 mètres

Situé en Tanzanie, près de la frontière avec le Kenya, le Kilimandjaro est la plus haute montagne d’Afrique avec une altitude de 5895 mètres. Il se compose de trois volcans principaux : le Kibo (5895 m), le Mawenzi (5149 m) et le Shira (3962 m).

Bien que le Kilimandjaro soit considéré comme dormant, le Kibo renferme toujours une caldeira, témoignant de son passé volcanique actif. En fait, le nom « Kilimandjaro » signifie « montagne blanche«  en swahili ou « montagne étincelante«  en Maasai, attribuée en raison de la neige éternelle qui couvre son sommet.

Une ascension populaire, mais exigeante

L’une des raisons pour lesquelles le Kilimandjaro attire tant de personnes est qu’il est considéré comme étant l’un des plus hauts sommets accessibles à des randonneurs sans expérience préalable en alpinisme. Toutefois, cela ne signifie pas que l’ascension soit facile. La montée demande une grande endurance et surtout une bonne acclimatation à l’altitude.

Les différentes voies d’ascension

Plusieurs voies d’ascension sont disponibles pour atteindre le sommet du Kilimandjaro, chacune ayant ses propres niveaux de difficulté et de fréquentation :

  • Machame : cette voie est la plus populaire en raison de sa beauté, passant par plusieurs zones climatiques différentes; cependant, elle peut être assez fréquentée et nécessite environ six jours pour atteindre le sommet.
  • Rongai : moins fréquentée que Machame, cette route traverse essentiellement des forêts au début; elle est également réputée pour être un peu moins difficile et nécessite environ sept jours pour parvenir au sommet.
  • Lemosho : tout aussi belle et moins bondée que Machame, cette voie nécessite généralement huit jours d’ascension; elle offre un bon taux de réussite grâce à son profil d’acclimatation progressive.

Se préparer à l’ascension

Dans tous les cas, il est essentiel de bien se préparer avant l’ascension du Kilimandjaro. On recommande un entraînement physique adapté pour renforcer les jambes et améliorer sa capacité cardiorespiratoire.

En outre, il est crucial de choisir des vêtements adaptés aux basses températures rencontrées en altitude, ainsi qu’une bonne paire de chaussures de randonnée pour éviter les blessures ou autres désagréments pendant l’ascension.

Une expérience inoubliable et enrichissante

Se tenir au sommet du Kilimandjaro offre une expérience hors du commun : le sentiment d’accomplissement d’avoir relevé un défi majeur, la vue imprenable sur les terres africaines sous vos pieds et le partage avec d’autres aventuriers venus réaliser leur rêve. Outre ces souvenirs indélébiles, gravir le plus haut sommet d’Afrique constitue également un excellent moyen de mieux comprendre la géographie et la culture locales.

Un voyage à travers différentes zones climatiques

Population locale du Kilimandjaro

Lorsqu’on monte le Kilimandjaro, on traverse pas moins de cinq zones climatiques distinctes, chacune avec ses caractéristiques propres :

  1. Cultures et villages : au pied de la montagne, on rencontre des cultures et des habitations où vivent les Chaggas, une ethnie locale qui pratique principalement l’agriculture.
  2. Forêt tropicale : entre 1800 et 2800 mètres d’altitude, la montagne est recouverte d’une forêt humide qui abrite une faune variée, dont des singes colobes.
  3. Zones subalpines : à partir de 2800 mètres, les températures diminuent, et on retrouve alors des prairies, bruyères et landes arbustives.
  4. Montagnes désertiques : au-delà de 4000 mètres, les températures sont très basses, et le paysage devient aride avec des rochers et quelques plantes adaptées comme le lobelia géant.
  5. Zone arctique : enfin, lorsque l’on approche du sommet, on rencontre des glaciers et de la neige éternelle.

Des rencontres exceptionnelles

Gravir le Kilimandjaro est aussi l’occasion de rencontrer les populations locales, comme les Chaggas, et d’en apprendre davantage sur leur mode de vie et leurs traditions. De plus, lors de l’ascension, vous serez pris en charge par des guides et porteurs locaux, qui seront ravis de partager leurs connaissances sur la montagne et sa région. Enfin, vous pourrez également créer des liens avec d’autres grimpeurs venus du monde entier, afin de vivre ensemble cette aventure unique.

Le Kilimandjaro dans l’ombre du Mont Kenya

Bien que le Kilimandjaro soit la star incontrôlée des sommets africains, il ne faut pas oublier le Mont Kenya, deuxième plus haut sommet du continent avec ses 5199 mètres d’altitude. Situé au Kenya, ce massif présente un panorama magnifique avec ses trois pics principaux : Batian (5199 m), Nelion (5188 m) et Lenana (4985 m).

Tout comme pour le Kilimandjaro, plusieurs voies d’ascension sont possibles pour grimper au Mont Kenya; certaines demandent toutefois de l’expertise en alpinisme pour atteindre les pics les plus élevés. Néanmoins, une ascension du Mont Kenya offre aussi une expérience inoubliable dans la découverte d’un paysage montagnard unique et la rencontre avec les cultures locales.


Partager l'article

Publié par Ludivine

Ludivine
Bienvenue sur mon blog voyage ! Je suis Ludivine, la fondatrice de Laboxvoyageuse. Vous y trouverez sur ce blog des conseils, des astuces et le récit de mes différents voyages à travers le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *